Réfugiés

Briançon, commune frontalière, est l'héritière d'une longue tradition de ville de passage et de terre d'asile. Depuis 2015, l'accueil des exilés s'y déroule de manière exemplaire grâce à un solide réseau de solidarités.

En septembre 2015, la commune de Briançon a adhéré au dispositif national "Ville Solidaire pour l'accueil des réfugiés". Depuis, la municipalité n'a eu de cesse de réaffirmer son engagement et de saluer le remarquable élan de solidarité et des associations et des citoyens briançonnais qui, sans relâche, viennent en aide aux exilés.

 

Les acteurs de l’accueil, de l’hospitalité et de la solidarité en Briançonnais

  • Les maraudeurs

Ces citoyens viennent au secours des personnes exilées à leur arrivée sur le territoire en leur apportant thé, nourriture, chaussures, vêtements chauds dans le village de Montgenèvre.
Certains sont poursuivis par la justice, d'autres ont été condamnés par le tribunal de Gap.

  • Le réseau Welcome Briançon
  • Lieu d'accueil Chez Marcel

 

 

 

L'engagement de la Ville en quelques dates

 

Chronologie par A. Vinck-Keter (voir bas de page Infos +) Format : PDF

Chronologie extraite du mémoire d'A.Vinck-Keters (voir en bas de page A lire aussi)

 

Cérémonie de parrainage républicain Format : PDF

Cérémonie de parrainage républicain, par Spegues

 

 

 

L'hospitalité briançonnaise vue d'ailleurs

Des journalistes français et européens se sont succédé dans le Briançonnais à la rencontre des exilés et des citoyens qui leur portent secours. Leurs reportages ont mis en lumière l'hospitalité exemplaire des habitants.

 

Place Publique Printemps 2018 Format : PDF

article_place_publique_printemps_2018.pdf, par Spegues

 

 

 

Flashback : quand les clandestins étaient italiens

 

domenica.jpg

Une du journal "La Domenica del Corriere", édition du 17 novembre 1946

Traduction de la légende : "Tragédie de l'immigration clandestine. Surprise par la tempête, une pauvre femme qui tentait de rejoindre la France par un col alpin avec ses deux enfants a lutté en vain : le plus jeune est mort dans ses bras, le second a succombé à l'épuisement à ses côtés. Leurs trois cadavres ont été retrouvés dans la neige deux jours plus tard."

Contact

À lire aussi

Infos +

Découvrez le remarquable mémoire d'Aude Vinck-Keters intitulé "Briançon : ville-refuge à l'heure de la criminalisation de la solidarité".
Une radiographie rigoureuse et détaillée de l'hospitalité dans le Briançonnais.

Partager cette page